Un air de printemps

Publié le 21 Avril 2013


Le printemps est bien installé à Pékin : les températures sont fraîches le matin (5 degrés) et agréables l'après-midi (16). Les arbres sont en fleurs et le vent chasse la pollution.
Hier, nous nous sommes promenés dans les environs de la tour du tambour (47m) et de la tour de la cloche (33m). Toutes les deux furent construites en 1272 et marquaient la limite nord de la ville. La tour de la cloche abrite, comme son nom l'indique, une cloche haute de 5,5m pesant 63 tonnes.

Dans la Chine ancienne, elle sonnait 5 fois par nuit (environ toutes les deux heures) :

  • 1er coup : crépuscule, fermeture des portes de la ville ;
  • 2è coup : heure du coucher ;
  • 3è coup : milieu de la nuit ;
  • 5è coup : début de la journée, ouverture des portes.

Un air de printempsUn air de printempsUn air de printemps
Un air de printemps

La tour du tambour renferme 21 tambours et différents instruments de mesure du temps perfectionnés par les chinois (bougies, encens).

Un air de printemps
Un air de printempsUn air de printempsUn air de printemps

Du haut des édifices, la vue n'est pas aussi spectaculaire qu'au sommet de la colline de charbon mais on peut observer les vieux quartiers de la ville.

Un air de printemps
Un air de printempsUn air de printemps

Ensuite nous avons flâné autour du lac Beitai et mangé des spécialités locales dans un petit restaurant.

Un air de printemps
Un air de printemps

Au menu : champignon (木耳), nouille de riz (拉皮), et tripes de porc (卤煮). Je n'ai pas tout fini !

Un air de printempsUn air de printemps
Un air de printemps

Pour le désert, de la canne à sucre : il faut croquer dans la tige, puis recracher toutes les fibres : c'est un peu contraignant et cela exige d'avoir les dents solides mais c'est délicieux.

Un air de printemps
Un air de printempsUn air de printemps
Un air de printemps

Rédigé par Marion Loquais

Publié dans #patrimoine, #cuisine

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article